[English] Printer-friendly version
The Ecumenical Patriarch
The Ecumenical Patriarchate
Bishops of the Throne
List of Patriarchs
Other Orhodox Churches
Theological and various articles
Ecological activities
Youth ministry
Interchristian relations
Conferences
Photo gallery
Holy Monasteries and Churches
Creed
Church calendar
Icons
Byzantine music
Contact details

Ἀρχική σελίς
Ἀρχική σελίς

Message Patriarcal Pour Les Saintes Pâques 2013

Ἐπιστροφή
Ἐπιστροφή

No de protocole 388

† BARTHOLOMAIOS
PAR LA GRÂCE DE DIEU
ARCHEVÊQUE DE CONSTANTINOPLE - NOUVELLE ROME
ET PATRIARCHE ŒCUMÉNIQUE
QUE LA GRÂCE, LA PAIX ET LA MISÉRICORDE
DU CHRIST GLORIEUSEMENT RESSUSCITÉ,
SOIENT AVEC TOUT LE PLÉRÔME DE L’ÉGLISE

Frères concélébrants et enfants fidèles de l’Église,

Christ est ressuscité !

L’annonce de la Résurrection apportée par les Myrophores aux disciples du Christ fut considérée par eux comme une divagation. Et pourtant, il s’est avéré que c’était la Vérité. Jésus ressuscité est apparu à Ses disciples plusieurs fois.

Aujourd’hui encore, l’annonce de la Résurrection est considérée par les rationalistes comme une élucubration. Cependant, nous les fidèles non seulement croyons, mais nous vivons la Résurrection comme un fait avéré. Nous scellons, si nécessaire, notre témoignage par le sacrifice de notre vie, car en Christ Ressuscité, nous transcendons la mort et nous sommes délivrés de la peur de la mort. Notre bouche exulte de joie en proclamant le Seigneur est ressuscité. Nos saints, bien que morts dans le monde, vivent parmi nous, répondent à nos suppliques. La vie après la mort est plus vraie que celle avant la mort. Christ est ressuscité et vit parmi nous. Il nous a promis d’être avec nous tous les jours jusqu’à la fin des temps. Et Il l’est vraiment. À la fois, ami et frère, guérisseur et dispensateur de tout bien.

Béni soit Dieu, ressuscité des morts et donnant au monde la vie éternelle. O Mort, où est ta victoire ? Christ ressuscité « tourna en dérision celui qui jadis sans mesure se vantait » (cf. Canon de la Résurrection, ton 4, ode 9, poème de Jean Damascène). Tout est rempli de Lumière et nos cœurs sont pleins de joie incommensurable.

Et non seulement de joie, mais de force aussi. Celui qui croit à la Résurrection ne craint pas la mort ; et rien ne saurait troubler ni ébranler l’âme de celui qui ne craint pas la mort. Pour la multitude et les incroyants, la mort est la plus redoutable menace, tandis que pour le chrétien croyant, un fait de peu d’importance, puisqu’il est l’entrée dans la vie. Le croyant vit la résurrection même avant sa mort naturelle.

Le vécu de la Résurrection a pour conséquence la transformation du monde. Il exalte l’âme. Et une âme enthousiaste attire dans son sillage les autres âmes émues par l’expérience de la joie de l’immortalité. Tant la Résurrection du Christ, que notre résurrection, n’est pas une vérité théorique. C’est un dogme de notre foi. C’est une réalité tangible. C’est la puissance qui a vaincu le monde, malgré les persécutions acharnées menées contre elle. « La victoire qui a vaincu le monde, c’est notre foi » (I Jn 5,4) en la Résurrection. Par la Résurrection, l’homme devient Dieu par grâce. Par la victoire de la lumière pascale sur les passions impures, un éros divin, un amour étrange s’établit dans notre âme, transcendant la condition humaine.

Chantons donc : Christ est Ressuscité ! Nos cœurs sont remplis de la Lumière et de la joie pascales. Nous venons vers le Christ ressuscité en toute pureté et simplicité. Car, comme dit David, le roi prophète, Dieu qui scrute d’en haut nos cœurs « ne rejette pas un cœur brisé et broyé » (cf. Ps 51 [50], 19).

La Résurrection c’est notre force, notre espérance, notre joie, notre exultation. Par la Résurrection, nous surmontons la douleur et l’affliction causées par les maux de notre vie sur terre. La Résurrection est la réponse de Dieu à la perplexité de l’homme blessé par les malheurs du monde.
Les difficultés et les souffrances du monde présent ne nous accablent pas. Nous sommes réconfortés par les disciples apeurés du Seigneur réunis dans la chambre haute de Sion. Nous n’avons pas peur, car nous aimons le monde entier comme Il nous a aimés, sacrifiant sa vie pour nous. Dieu-homme, le Seigneur ressuscité nous accompagne invisiblement. Il nous suffit d’avoir de l’amour, et nous en avons. Et grâce à l’amour nous connaissons la puissance du Mystère.

Si d’autres êtres humains hésitent « mettant en tas les gerbes de leurs actions » (cf. Dimanche du Fils prodigue, Lucernaire des vêpres), nous y plaçons notre gloire. Si nous, par manque de miséricorde, ne secouons pas l’ivraie des œuvres d’injustice et nos passions pour les déposer sur l’aire du repentir », étant Amour, Christ ressuscité dissipe toute sorte de ténèbres et la peur autour de nous, et Il pénètre dans notre for intérieur et dans le monde, malgré les portes souvent fermées de nos cœurs. Et « Il reste avec nous » en permanence par la Croix de l’amour. Christ nous accorde Sa paix, tandis que les puissants de ce monde annoncent et promettent une paix empiriquement irréalisable. La puissance de l’Amour, de la Paix et de la Sagesse de Dieu bannit toute panique humaine. Elle n’est pas en marge de la réalité ni à la lisière de telle ou telle croyance individuelle. C’est le cœur et le centre des événements. C’est le cœur de l’humanité. C’est le centre de la vie. C’est la dominante des vivants et des morts. C’est la Vérité.

La suprématie incontestée de la Puissance tient invisiblement les rênes et dirige tout, au moment où plusieurs célébrités de ce monde se laissent obnubiler.

En cette période de décomposition générale qui sévit aujourd’hui au niveau mondial, l’espérance des confins de la terre, la Sagesse de Dieu, est la présence de la composition et de l’harmonie célestes. Au temps de l’effondrement et de la mort attendue, il y a l’événement de la Résurrection et le renforcement de la foi en le Seigneur.

La paix de Celui qui, en se dépouillant, a vaincu la mort par sa mort et la joie de l’amour se répandent, guérissant « l’humanité » contemporaine qui ne cesse de gémir et s’affliger avec la création partageant ses lamentations et ses souffrances ; « acceptant la délivrance et l’adoption par Dieu » (Cf. Rm 8, 20-23) pour avoir part « à la liberté et à la gloire des enfants de Dieu ».
Mes bien-aimés concélébrants et enfants dévoués, le Seigneur est vraiment ressuscité !

Saintes Pâques 2013
+ Bartholomaios de Constantinople
votre fervent intercesseur dans le Christ Ressuscité