[English] Printer-friendly version
The Ecumenical Patriarch
The Ecumenical Patriarchate
Bishops of the Throne
List of Patriarchs
Other Orhodox Churches
Theological and various articles
Ecological activities
Youth ministry
Interchristian relations
Conferences
Photo gallery
Holy Monasteries and Churches
Creed
Church calendar
Icons
Byzantine music
Contact details

Ἀρχική σελίς
Ἀρχική σελίς

Message Patriarcal diffusé à l’occasion de Noël 2012.

Ἐπιστροφή
Ἐπιστροφή

No de protocole 1124


† BARTHOLOMAIOS
PAR LA GRÂCE DE DIEU ARCHEVÊQUE DE CONSTANTINOPLE,
NOUVELLE ROME, ET PATRIARCHE ŒCUMÉNIQUE,
À TOUT LE PLÉRÔME DE L’ÉGLISE
GRÂCE, MISÉRICORDE ET PAIX DU CHRIST SAUVEUR NÉ À BETHLÉEM
* * *

« Le Christ vient au monde, glorifiez-le (…) sur terre voici le Christ, exaltez-le. »
Fêtons joyeusement l’ineffable condescendance de Dieu. Les anges nous précèdent en chantant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté. »
Toutefois, sur terre nous voyons et vivons des guerres et des menaces de guerres. Et pourtant l’annonce joyeuse n’est pas pour autant invalidée. La paix est vraiment venue sur terre en réconciliant Dieu et les hommes dans la personne de Jésus Christ. Malheureusement, contrairement à Sa divine volonté, les hommes nous ne nous sommes pas réconciliés entre nous. Nous nous comportons avec hostilité les uns envers les autres. Nous faisons preuve de fanatisme dans nos convictions religieuses et politiques ; de cupidité dans l’acquisition de biens ; d’expansionnisme dans l’exercice du pouvoir politique. De la sorte, nous sommes en conflit avec nos semblables.

En promulguant l’édit de Milan en 313, Constantin le Grand, empereur Romain éclairé, a décrété la
liberté de pratiquer la foi chrétienne, parallèlement à la pratique libre de toute autre religion.

Depuis, mille sept cents ans se sont écoulés, mais malheureusement des chrétiens sont encore par endroits la cible de persécutions religieuses.

Parallèlement, les antagonismes économiques s’intensifient mondialement et l’appât du gain éphémère est promu en but capital. On fait mine d’ignorer les conséquences affligeantes de l’accumulation à outrance de la richesse dans les mains de quelques-uns et le grand dénuement auquel des populations entières sont réduites. Cette inégalité, qualifiée mondialement de crise économique, provient essentiellement de la crise éthique. Malheureusement, l’humanité n’attache pas d’importance, comme elle aurait dû, à cette crise morale. Pour excuser son attitude, elle invoque la liberté des transactions. Néanmoins, la liberté des transactions n’autorise pas le crime. Le comportement criminel n’est pas uniquement celui décrit dans les codes pénaux. C’est aussi celui qui, sans être stipulé dans la loi pénale, soutire la richesse d’autrui par d’habiles procédés. Tant que la loi n’est pas appliquée, les réactions des citoyens ainsi lésés se manifestent parfois de manière incontrôlée, perturbant la paix sociale.

Or, depuis notre Patriarcat œcuménique nous suivons attentivement les « signes des temps » où, de toute part, on « entend parler de guerres et de soulèvements », où « nation est dressée contre nation et royaume contre royaume », où surviennent « de grands tremblements de terre et en divers endroits des pestes et des famines, des faits terrifiants venant du ciel et de grands signes » . Nous faisons nôtres les paroles de saint Basile : « Les deux principaux commandements de la charité consistent à être pénétré d’affliction et de douleur pour les choses qui sont nuisibles à la personne que nous aimons, et au contraire à nous réjouir de ses avantages en les procurant autant que nous le pouvons (…) Et il est visible que quiconque n’est point de cette disposition n’aime nullement son frère » . En conséquence, depuis ce saint siège du Centre de l’Orthodoxie, nous proclamons la nouvelle année toute proche en tant qu’Année de Solidarité Universelle.

Nous espérons ainsi sensibiliser le plus grand nombre possible des membres de la communauté humaine au problème du paupérisme généralisé et à la nécessité de prendre des mesures pour soulager les affamés et les malheureux.

En tant que chef religieux, nous demandons la coopération des personnes de bonne volonté et des Gouvernements pour réaliser sur terre la paix du Seigneur. La paix que les Anges ont annoncée, la paix que l’enfant Jésus apportait. Aspirant à cette vraie paix, qui surpasse toute intelligence, nous devons nous efforcer d’y parvenir en pratique, sans nous désintéresser des faiblesses, spirituelles et matérielles, de notre semblable pour qui le Christ est descendu dans le monde.

L’amour et la paix sont les qualités propres aux disciples et aux apôtres du Seigneur, ainsi qu’à tout chrétien. Dès lors, nous nous engageons et nous exhortons les uns les autres pour qu’au cours de cette Année de Solidarité Universelle, nous fournissons, en tant qu’individus et en tant que peuples, des efforts conscients pour atténuer les conséquences inhumaines des grandes inégalités et pour faire reconnaître de tous le droit des plus faibles à jouir des biens indispensables à la vie humaine.
Ainsi, dans la mesure de ce qui est humainement possible, nous verrons la paix se réaliser aussi sur terre.

Vénérant avec toute la création sensible et intelligible la venue sur terre du Fils et Verbe de Dieu, né de la Vierge, et nous prosternant devant l’enfant Jésus, notre illuminateur et sauveur, le défenseur de notre vie, nous nous demandons vraiment avec le psalmiste : Puisqu’« il nous est né aujourd’hui un Sauveur » , « le Seigneur, le tout-puissant, le roi de gloire » , nous les chrétiens « de qui aurions-nous peur ou devant qui tremblerions-nous » ?

Nous prions et souhaitons de tout cœur que la nouvelle année 2013 soit pour tous une année de solidarité universelle, de liberté, de réconciliation, de bienveillance, de paix et de joie, et que le Verbe éternel du Père né dans la Grotte, lui qui unit les anges et les hommes dans un même ordre, et qui fit la paix sur terre, dispense à tous patience, espoir et force et qu’il bénisse le monde par les dons divins de Son amour. Amen.

Du Phanar, Noël 2012
† Bartholomaios de Constantinople
fervent intercesseur de vous tous en Dieu